En tant que e-commerçant ou entrepreneur, nous avons souvent besoin d’un support, d’une aide pour nous accompagner dans nos démarches ou décisions. Cependant, au delà d’une simple plateforme digitale, avec son API et ses modules dédiés au e-commerce, MyFlyingBox, c’est aussi des conseils et de l’expertise apportés par des hommes et des femmes.. Pour aller plus loin dans cet article, focus sur les e-commerçants, leurs attentes et nos recommandations.

  • Comment aidez vous les professionnels du e-commerce à mieux vendre sur internet

  • Quels sont les sujets qui intéressent le plus les e-commerçants ?

  • Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur qui souhaite commencer à vendre en ligne ?

Comment aidez vous les professionnels à mieux vendre sur internet

Dans un premier temps, My Flying Box se positionne comme la solution smart et rapide pour expédier des colis pour tout type de professionnels dans le monde entier grâce à un compte multi-transporteurs et multi-pays qui simplifie alors les expéditions de marchandises. L’ouverture d’un compte est rapide et immédiate. Cela signifie que n’importe quel professionnel peut envoyer un colis n’importe où dans le monde avec notre solution. Tandis que l’ouverture d’un compte chez un professionnel du transport peut prendre plusieurs jours et une immense paperasse administrative, chez MyFlyingBox cela ne prends que quelques clics !

Ensuite, nous aidons les professionnels à mieux vendre sur internet en les accompagnant et en leur apportant toute l’expertise de My Flying Box dans le secteur de l’envoi de colis à travers la notion de tarif, mais aussi les conseils en emballage et livraison. Cette expertise est apportée par nos réseaux sociaux, notre blog et bientôt la mise en place d’un centre d’aide. Nos équipes sont tous les jours confrontées aux demandes d’expéditeurs : cela passe de l’exploration de notre plateforme en ligne à des conseils plus poussés sur le transporteur le plus adapté ou à une recommandation en lien à la législation d’un pays pour une expédition de marchandise.

Aussi, pour aller plus loin, notre blog traite de divers sujets avec un dossier spécial Brexit ou des articles sur l’expédition de colis depuis les USA, l’Allemagne et bien plus encore.

Dans les prochains mois, nous avons à cœur de mettre en place un centre d’aide, plateforme qui regroupera sous forme de dossier et d’articles les réponses à toutes les interrogations de nos clients et prospects.

Quels sont les sujets qui intéressent le plus les e-commerçants ?

Les sujets qui intéressent le plus les e-commerçants sont dans un premier temps la notion de fidélisation. Selon le bilan du e-commerce 2020 de la FEVAD, au second trimestre 2020, plus de 40 millions de Français ont acheté en ligne. Cela se ressent sur les ventes en ligne qui ont progressé de 8.5% par rapport à 2019. Cet engouement s’explique par le facteur Covid. En 2020, 17 400 sites supplémentaires ont vu le jour, comparé à l’an dernier. Tous produits et services confondus, l’ensemble des sites e-commerce a cumulé 1,84 milliard de transactions (+5,8 %) au cours des 12 derniers mois. Preuve que la crise sanitaire a eu un impact significatif sur l’achat en ligne, le panier moyen s’élève désormais à 61 euros, alors qu’il était de 59 euros en 2019.

Mais cette digitalisation de la société ne s’est pas arrêtée à nos frontières. Longtemps N°1, le Royaume Uni a laissé sa place de leader en E-commerce au profit de l’Italie. Selon une étude du Switzerland Global Enterprise, malgré le fait que l’Italie enregistre l’un de taux de pénétration du mobile les plus élevés au monde, le commerce en ligne n’avait pas réellement décollé jusqu’à ce que les restrictions liées au Covid-19 poussent les consommateurs à changer de comportement. Aujourd’hui le changement semble bien réel et personne ne s’attend à ce que les canaux de distribution classiques retrouvent les niveaux d’avant. La progression du marché italien du e-commerce a été fortement accélérée par l’urgence sanitaire. Selon la source statistique considérée, les chiffres indiquent jusqu’à 20% et plus de hausse des ventes.

Il est aussi un facteur à prendre en compte et non des moindre : le divorce scellé entre l’Union Européenne et le Royaume Uni, plus qu’un schisme historique et économique, il est important de souligner les difficultés liées aux exportations et importations qu’a engendré ce Brexit pour le secteur e-commerce.

Ainsi, tout l’intérêt pour les sites E-marchands est la notion de rétention de ces E-clients, c’est à dire de les fidéliser à travers justement différentes actions telles que la livraison du colis. Selon BDM, 47% des consommateurs avouent avoir rencontré un problème de livraison au cours des 12 derniers mois et 10% affirment que ce type de mésaventure leur arrive souvent. Selon les critères, les consommateurs français accordent de plus en plus d’importance aux sites marchands qui proposent des options de livraison, notamment les livraisons rapides dites « express« . Toujours selon la FEVAD, plus de 73% des Français choisiront leur site de e-commerce en fonction des différentes options de livraison de la boutique en ligne. D’après l’étude, 75% des Français annulent leur commande en ligne lorsque les coûts de livraison sont trop élevés. Mais que signifie concrètement trop élevés ? De manière générale, le montant maximum que les acheteurs français sont prêts à débourser dépend du montant qu’ils dépensent pour leur commande. Plus la valeur de la commande est élevée, plus les frais de livraison qu’ils sont prêts à payer le sont aussi : à titre d’exemple, un consommateur français s’attend à payer en moyenne 3,90€ pour un panier équivalent à 15€, et 5€ pour 50€ d’achat. Il est important de noter qu’à partir de 150€, 36% des consommateurs souhaitent un geste de la part du e-commerçant et ne veulent par conséquent pas payer de frais de livraison. Mais bonne nouvelle pour les commerçants : 73% des Français sont prêts à ajouter un autre produit afin d’atteindre un seuil de gratuité, phénomène supérieur à la moyenne européenne (70%). 

Parmi les autres sujets qui intéressent aussi les e-commerçants, il y a la notion de RSE. Selon positiveworkplace.com, le RSE est un moyen de se distinguer de la concurrence. En effet,

  • 58% des e-commerçants considèrent que la prise de conscience environnementale est ancrée chez les consommateurs ;
  • 55% pensent que ces nouveaux comportements peuvent faire peser un risque sur leur avenir ;
  • 81% des e-commerçants considèrent la RSE comme un sujet prioritaire.

Cette prise de conscience s’applique de différentes façons, que cela soit par un emballage éco responsable. De plus en plus de fournisseurs proposent ce type de prestations, parmi eux, My Flying Box vous recommande BAM. Récemment, La Poste a annoncé vouloir se mettre en au vert en renonçant aux emballage en carton. Cette prise de positon se fait par la signature d ‘un partenariat avec start-up Hipli, spécialisée dans les emballages réutilisable.

Autre façon de mettre en avant la prise de conscience RSE des e-commerçants, la notion du dernier kilomètre. Dans le jargon du ecommerce, le dernier kilomètre fait référence à la phase finale de la livraison d’un colis. C’est le stade crucial qui doit être optimisé pour des enjeux économiques, logistiques et écologiques, tout en assurant la satisfaction du client. Selon la toute dernière étude de Cushman & Wakefield : « Last Link – Quantifying the cost », le dernier maillon de la chaîne d’approvisionnement du e-commerce peut représenter 50% – voire plus – des coûts globaux de la chaîne logistique. Si MyFlyingBox s’est déjà penchée sur cet enjeu stratégique dans un article sur les moyens de livraison du futur, le spécialiste E-Commerce Nation a mis en place tout un dossier sur les défis qui attendent cette notion qui perce de plus en plus.

Quels conseils donneriez-vous à un entrepreneur qui souhaite commencer à vendre en ligne ?

Comme conseils je donnerai à cet entrepreneur de ne surtout pas négliger l’expérience client à travers deux points essentiels : le produit et son emballage et la livraison.

Si l’emballage est une notion importante du produit (il s’inscrit dans les 4P en marketing), la livraison quand à elle, s’inscrit dans un autre univers, celui de l’expérience client. L’impact de la livraison, quelque peu minimisé aux débuts de l’e-commerce, est à présent reconnu comme crucial par l’ensemble des acteurs du secteur

Selon une étude LSA-Colissimo, plus de 3 consommateurs sur 4 vérifient les modalités de livraison avant d’acheter en ligne. Les acheteurs en ligne s’attendent à ce que l’offre de livraison soit flexible et variée. Essayez donc de proposer plusieurs méthodes de livraison à vos clients, en leur donnant le choix entre différents transporteurs et méthodes de livraison. Certains préfèrent la livraison à domicile, d’autres en points relais…(le fameux dernier kilomètre)

En tant que consommateur, lorsque l’on achète un produit en ligne, on s’attend à le recevoir intact et dans des délais les plus brefs. Une seule déception sur ces deux points et votre consommateur ne viendra plus sur votre boutique. Beaucoup d’acheteurs changent de site e-commerce (et ne reviendront probablement pas) si les options de livraison ne leur conviennent pasPar souci de transparence, il est recommandé d’informer l’acheteur potentiel sur vos options de livraison avant la finalisation de la commande..

pour revoir notre vidéo :