En 2020, nous enverrons plus de 100 milliards de colis et ce chiffre serait amener à doubler d’ici 2030. Comment seront acheminer tous ces envois et par qui ? Explication sur les différents mode de livraison de votre colis dans un futur proche ou moins proche ! 

La livraison automatisée (drones, véhicules autonomes, …) représenterait un atout pour le dernier kilomètre à savoir :

– Livraison plus rapide
– Facilité d’accès
– Réduction des coûts
– Respect de l’environnement

voir notre article sur les engagements RSE du secteur de l’envoi de colis

Une récente étude de Mc Kinsey a mis en avant les tendances de livraison qui nous attendent dans 10 ans. Back to the Future !
 

✅ 🎵 Dans Paris à vélo 🎶 chantait Joe Dassin

Le vélo –électrique ou non – a encore de beaux jours devant lui. La livraison dans les hypercentres des méga pôles est un casse-tête qui accompagne la croissance du e-commerce. Nombreuses sont les entreprises qui font déjà le pari des véhicules autonomes (et décarbonés) pour réguler la circulation en ville, mais en attendant, les vélos restent un mode de livraison facile et rapide pour le dernier kilomètre.

Le Plan Climat de la ville de Paris (France)  élaboré dès 2005 « prévoyait » un Paris 100% cyclable dès 2020 (on est encore loin du compte) et plus de voiture diesel ni essence en 2030 pour améliorer la qualité de l’air. Les vélos ont donc toute leur place dans le futur, surtout que l’industrie de la livraison de colis est estimée dans le monde à 343 milliards de dollars pour 2020 et le volume de marchandises expédiées dans ce même monde est estimé à être multiplié par 4 entre 2015 et 2050 !

 

Les entrepôts mobiles

80% des livraisons d’ici 2026 seront assurées par des machines autonomes et semi autonomes, réduisant de 40% le coût des livraisons dans les villes. De plus, la livraison – rapide – en véhicule écologique ne sera possible qu’avec la création d’entrepôts à l’abord des villes.  

Imaginez un véhicule autonome quittant un entrepôt de banlieue et s’installant en centre-ville dans sa zone de livraison définie avec l’ensemble des colis à distribuer dans la journée. A partir de ce véhicule, des cyclistes mais également des drones et des robots se chargeraient de la livraison en moins de 30 minutes.

Associé au spécialiste de la livraison express DPDgroup, Renault a imaginé deux types de robots-livreurs.

– Le premier inclut une cabine dans laquelle prend place un « concierge » qui ne conduit pas mais planifie les itinéraires et supervise les livraisons. Il intervient également dans le cas de livraisons qui requièrent une intervention humaine, telles que les colis lourds ou fragiles, les lettres recommandées, etc. En cas de pépin, il peut reprendre le contrôle du véhicule.
– Le deuxième type de véhicule n’embarque aucun humain, mais uniquement des casiers qu’il sera possible d’ouvrir via une application sur son smartphone.

L’innovation réside dans le fait que les deux modèles peuvent rouler en convoi, la navette avec cabine faisant alors office de poisson-pilote.

 
 

La livraison avec un droïde robots de livraisons

Les robots de livraison sont de petits appareils autonomes qui transporterons des colis ou des repas. On estime déjà qu’il y a près d’une dizaine de fabricant dans le monde qui investissent dans ce marché. Ces robots seront capables de se déplacer à une vitesse comprise entre 12km/hr en circulation fluide et 5km/hr en cas de bouchonslivraison du futur.

Ces petits droïdes seront idéals pour les livraisons des repas ou des très petits colis puisque l’objectif est de proposer un véhicule électrique sans conducteur ni livreur ! Uber Eats, Pizza Hut et Domino’s sont d’ailleurs déjà sur le coup. Cependant, quand on voit le sort que certains font subir aux trottinettes parce qu’elles les dérangent, on imagine le pire pour les pauvres robots. L’alternative, ce serait peut-être la livraison par drone.

 

La livraison par des drones

Une marketplace (que nous ne nommerons pas !) est précurseur dans ce domaine puisque son objectif est actuellement de pouvoir faire livrer les colis des petits colis (moins de 3kg), qui représente 86% des commandes. Ce géant américain du e-commerce a commencé à développer la livraison par ce biais avec l’objectif de livrer ses abonnés en moins de 30 minutes.

UPS vient de demander les certifications pour démarrer sur le continent américain et DHL s’est associé au spécialiste du drone EHang pour couvrir le territoire chinois. Le transporteur allemand a mis en place des mini-entrepôts d’où partent les drones qui livrent sur un trajet de 8km (en 40 mn). Le client vient ensuite récupérer son colis dans une consigne DHL

 

Et pourquoi pas se faire livrer par un humanoïde ?

Cela semble utopique mais à la différence du drone qui ne peut pas soulever de colis supérieur à 3 kg, le robot aurait la capacité de livrer vos charges lourdes.

La même marketplace( que nous ne nommerons toujours pas)  teste actuellement son propre robot, prénommé Scout, qui livre sur le trottoir : le client reçoit une notification et retrouve le robot à quelques pas de sa maison.

 

💡Souhaitons seulement que la destinataire du colis ne s’appelle pas Sarah Connor !

 

Les consignes accessible 24/24

Les consignes sont peu développées en France, malgré l’avantage de proposer une disponibilité du produit 7 jours sur 7, 24H sur 24H.

Mais les géants du e-commerce et les leaders du transport (La Poste, DHL…) n’abandonnent pas ce mode de livraison. Ainsi, Cdiscount (et d’autres) s’associent avec la SNCF afin de prévoir le déploiement de consignes dans 1000 gares en France d’ici 2025.

💡Qui aurait imaginé que la livraison du futur de votre colis passerait par la consigne ?

 

Entre livraison de proximité et distribution automatisée urbaine

Toujours selon Mc Kinsey, 2 tendances pourraient se dessiner.

Dans les zone moins urbanisées, les livraisons pourraient être assurées par des freelance, l’objectif est double : créer de l’emploi et réduire le nombre de colis perdus. Cette solution, particulièrement adaptée aux toutes petites villes et monde rurale auraient un avantage : en effet, ces freelances opéreraient dans leurs quartier/communauté et de ce fait, serait en interaction tous les jours avec les clients.

Autre tendance, des tunnels pour réduire les délais de livraison dans les villes en plein essor. Les colis seraient acheminés dans des tunnels au travers d’un réseau souterrain de circulation. Des tapis roulants ou des tubes sous pression permettraient d’acheminer les colis vers leur destinataires vers des points de collectes dans les jardins ou des points de relais collectifs. L’avantage non négligeable est de passer sous le trafic routier et d’accélérer les délais de livraison.

La solution My Flying Box

My Flying Box permet aux e-commerçants d’optimiser l’ensemble du processus d’expédition : impression des étiquettes, suivi de colis, portail de retours etc. En connectant votre boutique à My Flying Box, vous bénéficiez également d’un large réseau de transporteurs pour vous permettre de préparer et expédier toutes vos commandes en quelques clics vers plus de 140 destinations dans le monde. C’est simple, c’est rapide et c’est efficace, le futur à porter de clic.

 

En conclusion

C’est bien beau de rêver mais il y a tout de même une limite à ces différents modes de livraison du futur – pas celui de My Flying Box, nous on est juste géniaux !🥰

Quelle place aura l’humain face à cette robotisation ? Où sera le plaisir de recevoir des mains du livreur son colis tant attendu, d’échanger un bonjour, une bonne journée, voir un 🥐 et un ☕?

Le futur de la livraison de colis a ses limites et à mon sens, la limite sera l’interaction sociale.

Et vous, comment voyez-vous la livraison de demain ? Promis, nos répondrons à tous vos commentaires.