" En tant qu’acteurs du transport, vous êtes une partie de la solution. Si l’empreinte du transport reste forte, ne nous arrêtons pas là-dessus et trouvons des solutions ». C’est sur ces mots d’encouragement d’Isabelle Autissier, présidente du WWF France, qu’a débuté l’édition 2020 des Rendez-vous du transport et de la logistique éco-responsable, évènement organisé le 6 octobre 2020 dans le cadre du programme Engagements volontaires pour l’environnement (EVE) qui portait cette année sur : « La transition écologique du transport et de la logistique : une opportunité pour sortir de la crise ». Où comment donner un souffle RSE au secteur du transport de colis ?

2.760 colis envoyés… par seconde

 

Le constat est flagrant : le monde a expédié 2,760 colis par seconde en 2018, soit plus de 87 milliards de colis. Le chiffre est en forte hausse comparé à 2017, année où il s’établissait à 74,4 milliards. Cette croissance massive est en grande partie due à l’emprise sur le commerce des géants d’internet.

Selon une récente étude Accenture réalisée en 2019, l’industrie de la livraison de colis est estimée dans le monde à 343 milliards de dollars pour 2020 et le volume de marchandises expédiées dans ce même monde est estimé à être multiplié par 4 entre 2015 et 2050 !

Cataloguer comme l’une des industries le plus polluantes, le secteur du transport de colis a depuis longtemps mis en place une politique RSE durable et environnementale.

🎁 En fin d’article, petit cadeau bonus, My Flying Box vous offre une infographie sur les engagements RSE de ce secteur.

Un référentiel dédié à la logistique

 

Dans une filière où les questions d’écologie, de santé et de sécurité au travail et de relation client/prestataire sont prégnantes, de nombreux défis sont à relever pour adopter une démarche RSE vertueuse. En septembre 2018 le ministère de la Transition Ecologique et Solidaire dévoilait un référentiel RSE dédié à la logistique. Depuis, logisticien, transporteur… et autres acteurs du secteur se mobilisent autour de leur responsabilité sociétale.

Voici un petit tour d’horizon des enjeux de l’envoi de colis, avec des actions ingénieuses :

Planter des arbres : le grand classique mais surtout le plus simple. 🌲🌳🌴

Le site ecologi s’est spécialisé dans ce domaine : sa solution est ludique et est aussi bien destinée aux familles qu’aux entreprises. Une interface simple et drôle qui se programme selon le nombre de salariés de votre entreprise, leur sédentarité et déplacements professionnels. De ces caractéristiques, le logiciel calcule alors votre empreinte carbone et les solutions pour la rendre le plus neutre possible.

L’interface permet alors de pouvoir accéder à votre « jardin » virtuel Ecologi, l’âge de vos « plantations » virtuelles, leur variété ainsi que le lieu de plantation (indication géographique et vue satellite). Il est également possible de souscrire des options en rejoignant des projets humanitaires tels qu’apporter de l’eau potable en Haïti ou encore construire des éoliennes en Inde.

Personnellement je suis fan de ce concept stratégique, de l’interface et surtout de la simplicité d’utilisation.

Mettre l’humain en avant 👩👨

Que cela soit par la mise en place d’une charte contre l’esclavagisme de l’homme moderne rédigée et signée par Parcel2Go qui s’engage à veiller au respect des droits de l’Homme et quelle que soit l’étape de sa chaîne logistique ou par divers engagements caritatifs, l’humain est l’une des principales priorités des acteurs de la logistique.

 

Depuis 2015, DHL soutient également les réfugiés grâce à des activités de citoyenneté d’entreprise. L’objectif du transporteur est de préparer ces hommes et ces femmes aux exigences de la vie professionnelle et améliorer leurs chances sur le marché du travail. Ainsi, 11,000 réfugiés ont pu signer des contrats de travail avec le groupe allemand depuis le début du programme.

 

DHL Freight de son côté, soutient depuis six ans un centre de réhabilitation pour enfants autistes en Chine. Grâce à leurs cours et à leurs diverses activités de loisirs en groupe, les enfants ont la possibilité de mener une vie heureuse.

L’électrique 💡 ou carburant alternatif 🚛

Parmi toutes les solutions possibles en matières de RSE dans le secteur du transport de colis, nombreuses sont les sociétés qui ont opté pour un parc de véhicule « propre » roulant au GPL ou à l’électrique. Chronopost a ainsi déployé une flotte de véhicule à motorisation alternative (195 véhicules électriques, 40 au Gaz Naturel – GNV, 15 vélos-cargos) dans Paris, traitant 25,300 colis quotidiennement depuis des sites appelés « les Chrono City ».

Ce nouveau maillage urbain a permis à Chronopost de réduire ses émissions de 87 % pour ce type d’activité, soit 560 tonnes de CO2 évitées par an.

 

La Poste, numéro un mondial des flottes « branchées » est pionnière sur le sujet. L’entreprise française dispose de la première flotte de véhicules électriques au monde et en fait un avantage concurrentiel.

Le verdissement de son parc de véhicules lui a permis de faire passer ses émissions de CO2 de 171 000 tonnes en 2012 à 139 000 tonnes en 2017, soit une baisse de 19 % en cinq ans.

En parallèle, le groupe travaille également à l’amélioration de l’efficacité énergétique de ses bâtiments et compense les émissions résiduelles.

Le dernier kilomètre 🔚

Dans le jargon du e-commerce, le dernier kilomètre fait référence à la phase finale de la livraison d’un colis. C’est le stade crucial qui doit être optimisé à des fins des enjeux économiques, logistiques et écologiques, tout en assurant la satisfaction du client.

A l’échelle nationale, le dernier kilomètre pèse environ 20 % du trafic, occupe 30 % de la voirie et se trouve être à l’origine de 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Au fur et à mesure que le produit se rapproche de son destinataire final, le coût unitaire de transport augmente et arrive donc à son apogée au cours du dernier kilomètre. D’ailleurs, nombreuses sont les solutions qui dans le futur proposerons des alternatives non plus au dernier kilomètre mais aux derniers mètres.

 

Selon l’IFOP, 23 % des internautes utilisent les points relais comme mode de livraison principal. Ils représentent un avantage certain sur le plan économique puisque ce système limite le nombre d’arrêts des livreurs (15 arrêts en moyenne pour les points relais contre 50 pour les livraisons à domicile). La livraison en point de dépôt est donc moins coûteuse que la livraison à domicile et elle a également un impact environnemental positif.

 La livraison en point Relais

Ainsi, Mondial Relay livre uniquement en Points Relais® (et Drives pour les colis volumineux) en France, un mode de livraison optimisé limitant les émissions de CO2 grâce à sa possibilité de livrer simultanément plusieurs dizaines de colis en un point. L’utilisation des mêmes transports pour la livraison et la collecte de colis évite ainsi d’avoir des camions roulant à vide. Mais au-delà de ça, il y a un réel avantage à ce mode de livraison pour le consommateur : éviter des échecs de livraison puisque le colis est à disposition au Point Relais®, et peut être récupéré au jour et à l’heure qui convient pendant 14 jours. Et cerise sur le gâteau, les transporteurs de Mondial Relay proposent une offre négociée de véhicules roulant au gaz naturel.

Et dans notre start up ?

Chez My Flying Box, nous veillons au respect des engagements RSE de nos partenaires en matière de transport de colis et nous les soutenons dans cette démarche.

 

Notre équipe se déplace en transport urbain électrique (train ou tramway), vélo électrique, trottinette et même en covoiturage. Nous privilégions le télétravail et cela afin de pouvoir concilier vie de famille et vie professionnelle.